Music Is A Mission

To content | To menu | To search

Loik Dury & Gilb'R et le téléchargement



Gilb'R - Bon, mettons nous d'accord pour commencer. Entre vendre des CDs au tarif prohibitif de 20 Euros et le 100% gratuit, il faut m'expliquer comment les petits labels vont avoir accès aux rentrées d'argents secondaires qui vont les faire vivre.

Loik Dury - Avant, il y avait 6 chaînes de télé, la FM et les disques. Aujourd'hui il y a 300 chaînes de télé, les jeux vidéos, les sonneries de téléphones et plus que 50 disquaires. On y est: le disque redevient un objet qu'on achète pour l'objet. On est plus proche de l'objet d'art que d'un moyen économique assurant la survie des musiciens. Mais il existera toujours, pour les quelques passionnés. À côté de ça on télécharge tous, et ce n'est pas contradictoire c'est juste un autre shéma de consommation de la musique.

Djouls - (à Gilb'R) Toi aussi tu télécharges?

Gilb'R - Oui.

Djouls - Et ça ne te pause aucun problème vis à vis des artistes que tu télécharges?

Gilb'R - Hum... (il réfléchit) Non. Mais en même temps je devrais avoir une dérogation pour mon métier (Dj). Il y a des labels qui commencent déjà à bosser comme ça pour la promo. Il m'envoient des morceaux au lieu de m'envoyer des disques. Comme ça je peux leur demander que ceux que je vais jouer...

Loik - Tu as vu la campagne des majors? On voit une pub énorme sur un mur ou un bus... ("Téléchargez moi légalement") Il faut enlever le "L"! ("Téléchargez moi également") Les mecs sur la pub on les connait même pas et ils veulent qu'on les télécharge en payant? Ils devraient vouloir qu'on les télécharge, tout simplement! Ce qui est horrible, pour moi qui suis éditeur de musique, c'est que 80% de mes revenus ce sont des droits d'auteurs. Donc c'est quand même ça que je dois défendre. Après, si j'arrive à être justement rétribué et que les gens peuvent profiter de ma musique, tant mieux. La télé ne nous demande pas notre avis pour utiliser notre musique, et après on nous paie pas ou très peu. On dépend encore de déclaration volontaires des producteurs, qui sont très très fréquemment oubliées. C'ets préhistorique comme système! Pourquoi on ne paie pas les droits sur chacun des titres puisqu'on est capables de faire une reconnaissance numérique des fichiers? Faut pas perdre de vue que le plus important c'est de continuer à intéresser les gens à la musique qu'on fait avant qu'on arrête d'en faire! Le téléchargement permet au moins ça. Ce n'est pas le p2p le problème, c'est la mesquinerie de l'industrie.

Gilb'R - Oui mais donc, pour le jeune label, comment arriver à placer ses morceaux, à monter sa vitrine, faire sa promo, etc., le tout sans structure?

Loik - La redistribution du gâteau doit être repensée en amont. L'Economic Underground a là un défi énorme. À nous de nous organiser: si la rétribution est un peu plus juste, tout le monde y trouvera un peu plus son compte. Les taxes sur les CD vierges, on les a. Sur les disques durs, non. C'est ça le hold up: l'Ipod. C'est Apple qui te dit que tu peux mettre 10.000 morceaux dans ton baladeur. Tu te rends compte de ce que ça fait 10.000 morceaux? Jamais tu ne les écoutera tes 10.000 morceaux! En plus ça fait 10.000 Euros poru remplir un IPod (1 Euro la song sur l'Itunes Store). C'est une crapulerie énorme. Imagine qu'il y ait une taxe sur les Ipods, sur tous les Ipods qu'on vend et sur tous ceux qu'on a vendu. En fait la même que les Cds vierges. Pour la redistribuer, on pourrait se baser sur les téléchargements plutôt que sur les ventes de disques... On pourrait aussi taxer les espaces disque sur les serveurs, les espaces qui servent à mettre le contenu à disposition. Sans parler des providers qui se gavent tranquillement en attendant qu'on se réveille. Les Wanadoo, Club-Internet et autres AOL qui vantent les mérites du haut débit depuis des années, c'est une hypocrisie. Faut moraliser un peu ce business. Et pour ça il ne faut même pas changer la loi, juste l'appliquer. Si les taxes sont perçues et redistribuées, la viabilité économique est possible pour des petites structures.

Regarde, par exemple il y a 3-4 ans c'était l'année Herbert. Sur FashionTV, il y avait du Herbert toute la journée, sous tous ses pseudos il devait bien occuper plusieurs heures par jour! Là-dessus il ne touche rien. Il n'y a même pas son nom. Des gens font de l'argent, y'a des jolies filles mais la musique on ne paie pas? Elle n'est déclarée nulle part (il aurait fallu que tous les Djs qui font des mixes notent et déposent les infos concernant les morceaux qu'ils utilisent, ce qui n'est pas fait bien sûr), la musique n'est pas prise en compte dans le projet économique. Pourtant elle est partie prenante de l'identité et de l'intérêt éventuel de Fashion TV. Mais on va t'expliquer qu'une pletite chaîne de câble ça ne gagne pas d'argent... et c'est là l'hypocrisie car on peut aussi considérer les défilés comme du publi-reportage et que de toutes façons l'économie de la chaîne est dépendante d'un groupe qui lui fait d'énormes bénéfices. Là y'a une carotte. Maintenant, pour cette redistribution, le grand capital se protège, c'est normal. Il défend ses billes. Sauf que là c'est face à des millions d'utilisateurs. On va finir par avoir un tsunami social. Des têtes vont tomber. C'est inéluctable, on est dans une période de changement, une période chaotique, il faut réinventer des shémas.

Gilb'R - Tu peux le voir comme ça, c'est un point de vue.

Loik - Va sur archive.org. Tu verras que tout ce qu'on remet en cause aujourd'hui et depuis des années, ça existe depuis les années 40! Va voir, il y a toutes les vidéos. C'est le concept de base du capitalisme, le profit avant le partage. Mais Bref. Sans faire de gauchisme primaire la notion importante c'est celle du partage (de la redistribution - NDLR). Aujourd'hui ce partage est nauséabond, il ne dépend que de points de vue d'actionnaires à court termes, il n'est plus envisageable. Il doit être remis en cause à tous les niveaux. Sans être forcément moraliste mais en y ajoutant un peu d'intelligence et de perspective. Il faut réinventer une politique moderne du partage, c'est la seul clef possible.

Gilb'R - Tu n'es plus très réaliste...

Loik - Mais si! Si tu lances une opération de boycott contre un fabriquant d'ordinateurs et de baladeurs, une opé un peu rentre-dedans, avec les mecs du p2p derrière toi, une action de guérilla économique relayée par le biais du réseau, ça peut aller très vite... tout se joue en un clic aujourd'hui. Regardes l'argent qu'ils ont récolté pour les victimes du tsunami (+ de 3 milions d'Euros avec des SMS à 1 Euro) ou les exemples des activites américains comme les "Yes Men", c'est plutôt encourageant. Multiplié par des millions on a du poids. Aujourd'hui 30% du trafic c'est bittorrent. Même le vidéo-club est obligé de louer des DivX qu'il grave pour s'en sortir tellement il n'a plus de clients. L'industrie du cinéma est en train de comprendre. Elle va réagir. La redistribution se négocie en ce moment. Et comme d'habitude on n'en profite pas parce qu'il y a toujours des vicelards pour négocier mieux que nous la reconstruction qui se profile. On a besoin de forces de frappe pour contrôler ce qui nous est dû. Il nous faut des avocats, des commerciaux, il faut les prendre sur leur terrain, on vit la preuve qu'ils ne comprennent pas ce qui se passe. Profitons de notre avance.

Gilb'R - ça passe par un regroupement de l'underground.

Loik - Oui. On va finir par y arriver. Regroupement veut dire centre d'intérêt partagé et grâce au net des réactivités nouvelles sont en train d'éclore. On est déjà un peu plus responsables et on va bientôt pouvoir faire basculer tout ça. Les changements de génération ou de culture c'est pas tous les 10 ans c'est tous les 25. Y'a une vieille France qui doit s'écrouler, là.

Gilb'R - L'intelligence, c'est de pénétrer ces trucs-là pour arriver à les changer de l'intérieur.

Loik - Il faut générer beaucoup d'idées, il faut en parler le plus possible. Inventons demain aujourd'hui!

Gilb'R est fondateur du label Versatile, Dj et fait du partie du groupe Chateau Flight avec I:Cube
Loik Dury co-dirige le label Kraked et signe notamment des musiques des films pour Cedric Klapisch.
Djouls

Djouls

Stay informed of all things Paris DJs and beyond thanks to our Twitter news

Comments are closed



You might also like

The Frightnrs - Nothing More To Say

The Frightnrs - Nothing More To Say (CD/LP, Daptone, 2016)

An instant classic, this fantastic reggae-rocksteady album strives directly for legendary status. It's the first album from The Frightnrs, a Brooklyn band signed on the Daptone label, but it'll also be the last one, alas. Dan Klein, the singer with the magical tone, died from ALS last june. Produced...
Venezuela 70 - Cosmic Visions Of A Latin American Earth - Venezuelan Experimental Rock In The 1970s

Venezuela 70 - Cosmic Visions Of A Latin American Earth - Venezuelan Experimental Rock In The 1970s (CD/2LP, Soul Jazz, 2016)

English label Soul Jazz Records released this summer a collection of experimental rock recorded in Venezuela in the 1970s, at a time when oil was flowing in abundance and consequently culture rather well subsidized. However, this music had never really got out of the country until now, it's really a...