Music Is A Mission

To content | To menu | To search

Blue Break Beats - Volume Three



blue break beats 3
Blue Break Beats - Volume Three
(Blue Note 1996) Selected by Dean Rudland

"Suce mon membre dur, comme on suce un glaçon! Apaise ma frayeur et mon angoisse neuve."
Raoul, en fin lettré, se souvint du poème de Jean Genet qu'il aimait tant et s'adressa en ces termes à Melba, tout en invitant Simone à se débarasser de son inutile nuisette et à venir les rejoindre. Enfin, il allait connaître le grand Amour...
Ce qui est cool, c'est que le volume 4 de la série a déjà eu les honneurs de la plume de Djouls. Donc Raoul va s'arrêter là. Mais si vous insistez, ses aventures libidineuses se poursuivront peut-être, qui sait? Bande d'obsédés! En attendant, la saga Blue Break Beats se poursuit avec ce double album bourré à craquer de pépites. Un morceau de Gene Harris justifie à lui seul son achat: "Don't Call me Nigger Whitey" (en français dans le texte: Cher Monsieur, en vous adressant à moi, le vocable personne afro-américaine me semble préférable à celui de "negro"). Ne serait-ce que pour le riff de synthé basse de l'intro, cracra à souhait. Tranchant presque avec l'ambiance générale de l'album, qui flirte parfois avec le lounge , nouveau cheval de bataille de la presse dite "spé", toujours friande de tendances qui font "beuze"! (Quelqu'un aurait-il l'amabilité de m'expliquer la différence entre lounge et easy-listening? Juste pour ma culture personnelle...). Tout ça pour dire que le track-listing réserve quelques belles surprises, comme cette version de "Light My Fire", métamorphosée par Shirley "Gooooldfiiiinger" Bassey, ou encore "Ode to Billy Joe", le tube country-blues de Bobbie Gentry, magistralement repris par le saxophoniste alto Lou Donaldson. Bien entendu, les titres de cet album, comme ceux de toute la série, ont été abondamment samplés. Ce qui apporte une valeur ajoutée définitive à cette série, qui vous permettra, outre le fait de vous déhancher sauvagement sur vos titres préférés, de passer d'amusantes soirées entre amis grâce au jeu "Devine qui a samplé..." (Ouaiiiis, là, là, j'ai reconnu, c'est les Kémical Brothers, et là, putaiiin, c'est la ligne de basse de "Je te survivrai"! Mooortel!).
Note you gotta gotta gotta gotta: *** (Aristide Développement)

Tracklisting :
A1 Cannonball Adderly - Walk Tall
A2 Lou Rawls - You've Made Me So Very Happy
A3 Lou Donaldson - Ode To Billy Joe
A4 Reuben Wilson - Sho' Nuff Melon
A5 Jeremy Steig - Howling For Judy
B1 Shirley Bassey - Light My Fire
B2 Lou Donaldson - It's Your Thing
B3 Gene Harris & The Three Sounds - Put On Train
B4 Blue Mitchell - Flat Backing
B5 Grant Green - Down Here On The Ground
C1 Gene Harris - Don't Call Me Nigger Whitey
C2 Bobbi Humphrey - Blacks & Blues
C3 Donald Byrd - Dominoes
C4 Ronnie Foster - Mystic Brew
D1 Joe Williams with Thad Jones & The Mel Lewis Orchestra - Get Out Of My Life Woman
D2 Bobby Hutcherson - Going Down South
D3 Duke Pearson - Ground Hog
D4 Jackie McLean - Soul

Liens :
blue note
djouls.com/bluenote - La discographie sur le djouls.com
bluenote.com - Le site officiel du label
Herbie Hancock - La discographie période funk (djouls.com)
Havanito

Havanito

Stay informed of all things Paris DJs and beyond thanks to our Twitter news

Comments are closed



You might also like

The Frightnrs - Nothing More To Say

The Frightnrs - Nothing More To Say (CD/LP, Daptone, 2016)

An instant classic, this fantastic reggae-rocksteady album strives directly for legendary status. It's the first album from The Frightnrs, a Brooklyn band signed on the Daptone label, but it'll also be the last one, alas. Dan Klein, the singer with the magical tone, died from ALS last june. Produced...
Venezuela 70 - Cosmic Visions Of A Latin American Earth - Venezuelan Experimental Rock In The 1970s

Venezuela 70 - Cosmic Visions Of A Latin American Earth - Venezuelan Experimental Rock In The 1970s (CD/2LP, Soul Jazz, 2016)

English label Soul Jazz Records released this summer a collection of experimental rock recorded in Venezuela in the 1970s, at a time when oil was flowing in abundance and consequently culture rather well subsidized. However, this music had never really got out of the country until now, it's really a...