Music Is A Mission

To content | To menu | To search

Interview de Mike Rivard / Club d'Elf (version française)



Club d Elf
Entretien avec Mike Rivard

01. Est-ce qu'Electric Moroccoland est ta déclaration d'amour au sintir et à l'oud?
En effet, il s'agit d'une lettre d'amour musicale, avec la présence du sintir et de l'oud. Comme ces instruments sont typiques de la musique d'Afrique du Nord, on les utilise en priorité pour rendre hommage aux différents styles que nous aimons, comme le gnawa, la musique berbère et plus particulièrement la musique du grand rais Hadj Belaid («Ambib») & Nass El Ghiwane («Ghir Khoudouni»).

02. Est-ce que tu vas jouer au Maroc avec Club d'Elf?
Incha'Allah! On espère pouvoir jouer au Festival de musique Gnawa d'Essaouira en juin prochain, et tourner au Maroc dans les régions avoinsinantes. On a beaucoup joué avec Hassan Hakmoun récemment, j'aimerais pouvoir aller au Maroc avec lui. Je postule pour une bourse qui me permettrait d'aller là-bas, alors on verra bien!

03. Y aura-t-il une tournée en Europe?
Si nous parvenons à trouver un tourneur assez aventureux, alors nous serions heureux de pouvoir jouer en Europe. Malheureusement, le contexte économique fait qu'il est difficile de parier sur un groupe tel que le nôtre, et sur lequel il est difficile de mettre une étiquette.

04. La pochette du dernier album est très réussie.
Doug Sirois a réalisé la pochette, comme celle du précédent, Now I Understand. Il a un talent fou et il créé de nombreuses illustrations de livres de fantasy. Il comprend vraiment ce qu'est Club d'Elf, et son univers artistique est le parfait complément du nôtre (www.dougsirois.com)

05. Peux-tu m'expliquer l'origine du nom du groupe?
Nous avons un sens de l'humour quelque peu tordu. Si on prononce ce nom d'une certaine façon, cela donne "clubbed elf" (qu'on peut traduire "un elfe en boîte de nuit", en référence aux elfes biomécaniques de Terence MC Kenna, NDR), et c'est une image qui nous a séduits à ce moment-là. En plus, c'est un hommage à Terence McKenna, dont les œuvres ont eu une profonde influence sur moi, ainsi que sur ma musique. Sous l'influence des drogues, il a beaucoup écrit au sujet des "elfes biomécaniques" qu'il rencontrait dans ses expériences psychédéliques. Quand j'en ai parlé à Mark Sandman (le leader de Morphine NDLR), il a trouvé ça bien alors je me suis dit que ça valait le coup de garder ce nom.

Club d Elf

06. Y a-t-il un concept derrière ce double album?
On avait pensé sortir deux disques séparément, mais on a décidé que la diversité de notre musique méritait un double album. Cela s'imposait car on a la dimension transe marocaine d'un côté (Electric Moroccoland) et de l'autre, avec So Below, la dimension électro/DJ/psychédélique/dub. Les deux disques ont beaucoup de points de contact sur le plan stylistique, mais généralement on peut s'en tenir à cette séparation. En plus, il faut être un peu cinglé pour sortir un double album de nos jours, et si il y a bien une chose que nous sommes, avec Club d'Elf, c'est cinglés.

07. Est-ce que les morceaux où Mark Sandman joue étaient des démos au départ?
Pas des démos, mais des morceaux que nous avions commencés et que nous avons mis au frigo pendant un long moment avant qu'il ne soit temps de les terminer. Depuis un an, Mark a infusé beaucoup de son énergie dans ma vie, à travers des rêves ou aussi avec le documentaire qui a été fait sur lui. Et au fur et à mesure que je m'investissais dans la maîtrise du sintir, l'étendue de son influence sur moi est devenue évidente. J'ai décidé de compléter les morceaux que nous avions commencé avec lui en 1999 en guise d'hommage, et aussi de faire une version de "Rope On fire", qui est l'une de mes chansons préférés parmi celles qu'il a composées. "Sand" a également été écrite en pensant à lui.

Club d Elf

08. Au sujet de Mark Sandman, est-ce que tu as participé à ce documentaire sur lui ("Cure For Pain : The Mark Sandman Story"), qui sort cette année?
Non, on ne m'a pas demandé d'y participer, mais j'ai vu la première à Boston. Je l'ai trouvé plutôt bon. Mark a vécu une existence si pleine et complexe qu'il difficile de saisir cela en une heure et demie. J'ai été content de participer à la campagne Kickstarter, et heureux d'apprendre que le film aurait une bonne distribution. Mark devrait être connu davantage et, vu sa grande influence sur moi, c'est un juste retour des choses si je peux inciter des auditeurs à écouter sa musique grâce à sa présence sur le nouveau disque.

09. Quels sont tes projets dans un futur proche? Tu te lances dans l'apprentissage d'un nouvel instrument?
Je souhaite approfondir mon étude du sintir, et obtenir une subvention pour aller au Maroc et travailler avec certains maîtres sur place. Je suis en train de travailler à une vidéo qui présente ma relation à cet instrument, et le fait que je le relie à des phénomènes qui n'ont rien à voir avec son utilisation d'origine, comme le chamanisme péruvien. J'aimerais bien apprendre à jouer d'un autre instrument marocain, du rebab par exemple. C'est un instrument à une corde dont on joue avec un archet. Je reproduis le son de cet instrument à la contrebasse depuis quelque temps, et ce serait vraiment bien si je pouvais en jouer véritablement.
Je joue avec un groupe nommé Grand Fatilla qui fait du folk venu du monde entier (Bulgarie, Turquie, Brésil, Italie, tangos argentins) et aussi un autre groupe, Natraj, dans lequel se trouve Jerry Leake, le joueur de tabla de Club d'Elf) et j'espère jouer davantage avec eux et aussi avec Club d'Elf.

10. Un mot sur John Medeski. Comment décrirais-tu son style?
John et moi, on s'est rencontrés à la fin des années 80, alors que nous étions tous deux membres de l'Either/Orchestra. Nous sommes devenus amis et on partageait souvent une chambre quand nous tournions ensemble. Notre amour commun pour les films de John Waters et les films d'horreur de zone Z nous a rapproché, mais aussi notre intérêt pour la macrobiotique et la thérapie Hoshino. Au fil des années, nos relations se sont renforcées, plus particulièrement en raison de notre implication dans le chamanisme shipibo. John est sans conteste l'un des musiciens les plus stupéfiants au monde, et dont le son est immédiatement reconnaissable. Sa capacité à canaliser les énergies dans son jeu confine à la sorcellerie, et c'est toujours une expérience extraordinaire de le voir jouer avec nous.

A propos de "Cure For Pain : The Mark Sandman Story" : http://www.gatlingpictures.com
Interview réalisée et traduite fin juin 2011 par Nicolas Ragonneau pour Paris DJs.

Club d'Elf Links :
official | audio archive | bandcamp | facebook | myspace | parisdjs | soundcloud | twitter | vimeo | wordpress | youtube
Nicolas Ragonneau

Nicolas Ragonneau

Stay informed of all things Paris DJs and beyond thanks to our Twitter news

Comments are closed



You might also like

Hazmat Modine - Extra-Deluxe-Supreme

Entretien avec Wade Schuman (Hazmat Modine) #2

Le groupe Hazmat Modine est de retour à Paris le 20 juin pour un concert exceptionnel au New Morning. Une occasion unique de voir une formation rare en France mais au son vraiment inclassable. En octobre dernier, Nicolas Ragonneau rencontrait leur leader Wade Schuman à Harlem pour un second...
Marco Benevento

Entretien avec Marco Benevento

Marco Benevento est un jeune claviériste bien connu de la scène jazz et indé new-yorkaise. Un pied dans le groove et un pied dans l'expérimentation, il appartient à une tradition sophistiquée de musiciens qui explose tous les codes et les genres, passant, d'un projet à l'autre, d'élégantes mélodies...