Music Is A Mission

To content | To menu | To search

Imperial Tiger Orchestra - Mercato - out on Mental Groove Records



Imperial Tiger Orchestra Mercato
Imperial Tiger Orchestra - Mercato
(CD/LP/Digital) Mental Groove Records/Absinthe Music AMMGCD002/AMMGLP002, 2011-05-02

I discovered this Swiss band playing Ethiopian Jazz in 2007 through their first demo CD. The intention was noble, but the production was... well it was just a demo. A few "live in the studio" tracks in order to get some dates. I tried extracting a track for an Afro/Ethio mix but it never fitted with other more "studio productions". Then came the Addis Abeba single and its takes on the Golden Age of Modern Ethiopian music (1969-1978) with covers of Muluqen Mellesse, Mulatu Astatqe and Mahmoud Ahmed... But it still sounded a bit too electronic & acid jazz, and still couldn't really compete with the Ethio-Jazz/Funk/Rock releases from Akalé Wubé, Souljazz Orchestra or Getatchu Mekuria & The Ex. The critic stops here with this new record, Mercato, which should raise some concerned interest from all Afrojazz lovers. The band has been traveling to Ehtiopia, they've been touring & rehearsing a lot... and you can hear it on this brilliant new album of great grooves and pure Ethiopian sounds coming straight from Switzerland. If you enjoy deep and hypnotic Afrojazz grooves mixing the modern and the traditional, this band will soon become your favorite new one!

Imperial Tiger Orchestra Mercato
Imperial Tiger Orchestra - Mercato
(CD/LP/Digital) Mental Groove Records/Absinthe Music AMMGCD002/AMMGLP002, 2011-05-02

Imperial Tiger Orchestra - Shinet by Mental Groove

Tracklisting :
01. Yedao (Rahel Yohannes / Yilma Gebereabe) 4:41
02. Lale Lale (Abrar Abdo) 4:02
03. Zoma (Martha Ashagani / Zelalem Mekuria) 7:25
04. Anchi Bale Game (Tegenu Balkew) 6:27
05. Yefikir Woha Timu (Tezera Haile-Michael) 4:51
06. Bemgnot Alnorem (Bahta Gebre-Heywet) 3:58
07. Shinet (Tadesse Alemu / Traditional) 3:04
08. Demamaye (Ephrem Tamru / Akelilu Siyume) 4:30
09. Tirulegn Feat. Bethelem Dagnachew (Hamelmal Habate / Moges Teka) 6:00

Links :
Imperial Tiger Orchestra : facebooktwitter | myspace | youtube | bandcamp
Absinthe Music : official
Mental Groove Records : officialfacebook | soundcloud (1) | soundcloud (2) | myspace | bandcamp
Distribution : modulor (1), modulor (2) (EU/JP) | traffic (US/CA)


Imperial Tiger Orchestra - Lale Lale - Live Velodrome Geneva - opening Mahmoud Ahmed

Press Release :
Follow-up to 2010's acclaimed EP Addis-Abeba, Mercato is the debut album by Swiss band Imperial Tiger Orchestra, the finest connoisseurs and grooviest performers of Ethiopian music from the Golden Age.

Raphaël Anker, trumpet player from Geneva, one day decides to gather musicians for a live performance revisiting the golden age of Ethiopian music. It's 2007, and the experience is so memorable that the one shot happening becomes a band: Imperial Tiger Orchestra.

Consisting of members with very diverse backgrounds (free jazz, noise experimentations, contemporary music, twisted pop…) the Orchestra tests the grounds with an EP and a 7" breaking the boundaries of genres followed by a trip to Addis-Abeba where they perform with local luminaries and learn about the large diversity of Ethiopian music. A life-changing experience which brings them back to the studio for their debut album: Mercato.

Overseen with flair by Ethiopian music expert Jeoren Visse, Mercato is a mesmerizing re-interpretation of Ethiopian music's golden age mixed with the digitalized themes that appeared in the 80s and filtered through the eclectic influences of the Orchestra. It's a fascinating retro-futuristic piece of music, close yet totally different from the songs that inspired the band. It's progressive Ethiopian rock!

Whether saluting Mahmoud Ahmed on "Lale Lale", re-interpretating the classic wedding theme "Shinet", or taking Martha Ashagani's "Zoma" to new heights, the Orchestra always does it with its unique vision while honoring the Ethiopian originals. Thunderous rhythms and feverish hooks, down tempo moments and fast paced epiphanies, electronic sounds and ambient nirvanas, Mercato explores multiples paths and never loses its warm groove. A winter Mercato sure to bring fire to stages this summer!

For fans of KOKONO N1, MULATU, MAHMOUD AHMED, ETHIOPIQUES SERIES...

French Info (short) :
Après le succès de leur EP "Addis-Abeba" sorti en 2010, "Mercato" est le premier album des suisses Imperial Tiger Orchestra, les plus fins connaisseurs et performeurs groovy de la musique éthiopienne.

Composé de membres d'horizons très divers (free jazz, noise expérimentale, musique contemporaine, pop bizarre…) Imperial Tiger Orchestra tâte d'abord le terrain avec un EP et un 7″ brisant les frontières des genres, suivis d'un voyage à Addis-Abeba où ils ont joué avec des stars locales et beaucoup appris au sujet de la grande diversité de la musique éthiopienne. Une expérience qui a changé leur vie et les ramène en studio pour leur premier album "Mercato".

Supervisé avec brio par l'expert de la musique éthiopienne Jeoren Visse, "Mercato" est une réinterprétation envoûtante de l'âge d'or de ce style musical, mélangé aux thèmes numérisés apparus dans les années 80 et filtré à travers les influences éclectiques d'ITO. C'est une œuvre rétro futuriste fascinante, proche et totalement différente des morceaux qui ont inspirés le groupe. Du rock progressif éthiopien !

French Press Release :
Au départ, c’est l’histoire d’une passion : celle de Raphaël Anker pour un son, l’âge d’or de la musique éthiopienne incarné par Tlaloun Gessesse, Getatchew Mekurya, Mulatu Astatke, Mahmoud Ahmed..., toutes ces merveilles rééditées depuis quinze ans par Francis Falceto dans la série Ethiopiques. Il y a là une ouverture d’esprit, dans tous les sens et dans tous les sons, qui correspond parfaitement à la démarche du trompettiste genevois. C’est ainsi qu’il réunit en 2007 quelques complices, histoire de revisiter le temps d’un concert cet « âge d’or ». A La Cave 12, l’épicentre de l’underground genevois, le public adhère d’emblée à cette alchimie post-moderne. Tant et si bien que le projet d’un soir devient vite un groupe au long cours. Nom de code : Imperial Tiger Orchestra, référence à l’Imperial Bodyguard Band qui fit swinguer Addis-Abeba et allusion à une drôle de réplique du « Sens de la vie » des Monty Python. Un Tigre en Afrique ???? Improbable ! Comme pour affirmer leur identité de faussaires dans cet univers que ces godelureaux déchiffrent et défrichent. Pas question de se la jouer orthodoxes pour ces six musiciens aux parcours pour le moins divergents : du noisy et du jazz libre, de la musique contemporaine et du psyché réinventé, de la pop étrange et du rock bizarre, la somme de leurs influences sera la marque de fabrique du premier disque de cette drôle de bande, un EP de six titres aux limites de toutes les musiques, bientôt suivi par un 45-tours en édition limitée. « Je cherche plutôt le son de l’époque. La musique, c’est un état d’esprit, plus qu’une technique. », stigmatise John Menoud, le saxophoniste. A quoi bon rejouer la même partition que leurs glorieux aînés, la direction à suivre est de creuser un sillon en version originale pour ces amoureux du vinyle. Et donc d’aller à la source, en Ethiopie.

Au printemps 2008, ils atterrissent à Addis-Abeba, pour jouer dans le cadre du festival organisé par Francis Falceto. Pour l’Imperial Tiger Orchestra, cette seconde étape constitue un test en grandeur nature. Comment vont-ils être attendus, entendus, par les Ethiopiens ? Le public tout debout fait un accueil chaleureux à leurs décapantes réinterprétations de ces standards. Mieux ils se retrouvent dans certains azmaris bets, ces clubs tenus par les ménestrels traditionnels, à improviser jusqu’à pas d’heure, vite rejoints par les meilleurs musiciens du sérail. « C’était comme un cachet pour pouvoir continuer. », se souvient Raphaël Anker. C’est là, au club Fendika, qu’ils croisent entre autres Endres Hassan, le virtuose du masenqo avec lequel ils ont depuis noué une relation artistique, lors d’une tournée à l’automne 2010 en Afrique australe. C’est aussi à Addis-Abeba qu’ils mesurent l’importance de la musique traditionnelle qui inspire jusqu’à aujourd’hui le répertoire actuel. « On était dans le chaudron, c’était exceptionnel ! », insiste le claviériste Alexandre Rodriguez. Tandis que selon le percussionniste Luc Détraz « Ce voyage a tout changé. Notre vision de cette musique s’est élargie : tout à la fois dans la tradition et dans la scène moderne, populaire et passionnante. »

C’est donc riche de tous ces ébats que l’Imperial Tiger Orchestra va enfin se poser en studio, pour de longues séances en février 2010. Aux manettes, le Hollandais Jeoren Visser veille encore une fois au son comme un grand frère expert des délires « éthiopiques ». Le nom de ce second disque est tout trouvé : Mercato, le marché principal d’Addis-Abeba où l’on trouve de tout. C’est là où chacun a déniché des cassettes, des sons plus ancrés dans la tradition, qui ont permis de modifier le répertoire du groupe. Aux standards de l’âge d’or, l’Imperial Tiger Orchestra ajoute désormais des thèmes apparus à l’orée des années 1980. « La musique actuelle que l’on entend à Addis-Abeba, très digitalisée, est paradoxalement plus proche de la tradition que celle des années 60, une soul plus dirigée vers les Etats-Unis. », poursuit Luc Détraz qui joue du kebero, la percussion emblème au pays du Négus, mais aussi du dholak indien et de la cymbale thaïlandaise, parfaits compléments aux rythmiques hypnotiques du batteur Julien Israélian. Emblématique de cette nouvelle orientation : le guitariste Cyril Moulas a troqué sur scène la guitare et la basse pour la traditionnelle phin thaïlandaise et le krar, la lyre éthiopienne. Et à l’inverse Alexandre Rodrigues, a intégré des sons MIDI qu’il juxtapose à ses claviers vintage. Cette instrumentation tradi-moderne renvoie au répertoire, à l’atmosphère rétro-futuriste de ce disque pensé comme un bon vieux 33 tours. Moins jazz noisy, plus psyché rock. Moins débridé et plus structuré, tout à la fois plus proche et sans cesse décalé des chansons dont ces fêlés félins s’inspirent. Comme une espèce de rock progressif éthiopien !

Pas de doute, trois ans après leur premier concert, ce deuxième disque affirme une plus grande connaissance de la diversité musicale en Ethiopie, tout en confirmant leur envie de sortir des sentiers par trop balisés. Qu’il salue l’impérial Mahmoud Ahmed comme sur le terrible « Lale Lale », qu’il transfigure « Shinet », un thème typiquement pratiqué dans les mariages, ou encore qu’il fasse planer « Zoma », morceau halluciné de Martha Ashagani, l’Imperial Tiger Orchestra offre toujours une vision originale qui honore les versions originelles, des arrangements détonants qui permettent à ces chansons populaires de s’imposer comme des instrumentaux classieux. Rythmiques implacables et chorus enfiévrés, instants down tempo et cadences infernales, sonorités électroniques et ambiance atmosphérique, ce disque multiplie les pistes, sans jamais perdre le bon sens du groove alambiqué. Débuter par leur morceau fétiche, le joyeux « Yedao », emprunté à la chanteuse Rahel Yohannes qui donne le diapason, ce trip se clôt avec une invitée de marque, la chanteuse Bethelem Dagnachew, dont la voix haut-perchée irradie, envoûtante et crépusculaire comme les quelques notes de harpe chinoise qui l’introduisent. Sûr que ce « Mercato » d’hiver va mettre le feu aux scènes cet été !

Selected quotes of previous Ep, "Addis Abeba" :
"Fabulous release!!! So fresh to hear this in my inbox instead of mindless minimal & noise for deaf & dumb kids. wonderful wonderful wonderful!!! thanX" Trevor Jackson
"Beautiful music. Perfect for my headphones and sunsets/sunrises. Thanks :)" Soul Clap
"What a wonder. Superb" Laurent Garnier
"Wonderful" Nick Warren
"Yes! Thats exactly what I need right now! Some raw, ethiopian Funk mixed with the best grooves this world has to offer...essential! Save the Tigers!" Quarion
"Love it - powerful music" Sinden
"I Adore! Superb fusion modern/traditional" Laurence Pierre (France Inter)
Djouls

Djouls

Stay informed of all things Paris DJs and beyond thanks to our Twitter news

Comments are closed



You might also like

The Frightnrs - Nothing More To Say

The Frightnrs - Nothing More To Say (CD/LP, Daptone, 2016)

An instant classic, this fantastic reggae-rocksteady album strives directly for legendary status. It's the first album from The Frightnrs, a Brooklyn band signed on the Daptone label, but it'll also be the last one, alas. Dan Klein, the singer with the magical tone, died from ALS last june. Produced...
Venezuela 70 - Cosmic Visions Of A Latin American Earth - Venezuelan Experimental Rock In The 1970s

Venezuela 70 - Cosmic Visions Of A Latin American Earth - Venezuelan Experimental Rock In The 1970s (CD/2LP, Soul Jazz, 2016)

English label Soul Jazz Records released this summer a collection of experimental rock recorded in Venezuela in the 1970s, at a time when oil was flowing in abundance and consequently culture rather well subsidized. However, this music had never really got out of the country until now, it's really a...