Music Is A Mission

To content | To menu | To search

Entretien avec Will Bernard



Will Bernard
Will Bernard
(Interview par Nicolas Ragonneau pour Paris Djs, janvier 2012)

Le guitariste Will Bernard vient de publier un nouvel album fameux (Outdoor Living, lire la chronique ici). Il s'ajoute à une impeccable discographie où se côtoient le jazz (Stanton Moore Trio), le reggae (Rockamovya) ou... le musette (Baguette Quartette), et dont le dénominateur commun est un fantastique sens du groove. Will Bernard s'inscrit, tout en trouvant sa propre couleur, dans une prestigieuse lignée de guitaristes soul-jazz comme Grant Green. Ce Californien pur jus (né à Berkeley) a quitté San Francisco pour New York. Il évoque ici cette nouvelle aventure sur la Côte Est, son style de guitare, son goût pour le répertoire populaire français et ses futurs projets.

Will Bernard
Will Bernard
(Interview par Nicolas Ragonneau pour Paris Djs, janvier 2012)

01. Tu as quitté la Californie pour t'installer à New York récemment.
Cela faisait un moment que je voulais m'y installer. J'ai toujours eu des affinités avec la scène new-yorkaise et c'est une musique qui m'a influencé. Par exemple j'ai toujours admiré la scène qui gravite autour de la Knitting Factory, mais aussi le reste de la scène traditionnelle. Bien sûr, il y a beaucoup de choses que j'aime dans la musique de la scène californienne. Cela peut paraître un peu cliché, mais on dit que la scène californienne est plus cool, alors que la scène new-yorkaise est plus angulaire et intense. Je pense qu'il y a du vrai dans cette affirmation. J'ai beaucoup d'amis de la Bay Area (San Francisco) qui sont venus s'installer à NYC et qui ont emporté avec eux cette façon californienne de faire de la musique.

02. Ton nouvel album s'appelle 'Outdoor Living' (littéralement 'la vie au grand air'). Il y a aussi sur le disque un titre nommé 'Nature Walk'. Est-ce de l'ironie alors que tu vis dans une des plus grandes villes du monde?
Je pense que ça l'est. Quand j'étais petit, nous avions un cours où nous allions dans les bois pour identifier toutes sortes de plantes et d'animaux. Cette expérience a fait forte impression sur moi. J'ai tant aimé cela que j'aurais pu en faire une carrière. Je pense que ce que j'ai apprécié dans tout cela, c'est que tu vis plus fort et plus pleinement en prêtant attention aux détails. Nous nous agitons la plupart du temps sans vraiment prêter attention aux choses. J'aime faire des promenades 'nature' dans la ville à la John Cage, à l'affût du moindre son comme si j'étais dans un film ou un morceau de musique électro.

03. Avec 'Outdoor Living' tu reviens à la formule du trio.
J'utilise le trio pour différentes raisons. La première raison est sans doute économique. C'est difficile de gagner de l'argent en tournant avec davantage de musiciens à notre époque. Je trouve qu'un trio avec orgue permet d'avoir un gros son qui puisse s'adapter aussi bien à une salle importante, à une discothèque ou à un petit club de jazz. Je sais que j'ai Wil Blades et Simon Lott sous la main quand j'ai besoin d'eux et il y a une très bonne alchimie entre nous.



04. Ton jeu de guitare n'a jamais été aussi dépouillé et concis.
C'est conscient et volontaire de ma part. Pour les deux derniers CD, j'ai beaucoup écouté Grant Green et ce type de guitaristes qui jouent pas mal de notes linéaires sans liaisons ni courbes. En quelque sorte cela s'est ajouté à mon style. Sur 'Outdoor Living' j'ai choisi une approche plus mélodique, je trouve. Il y a deux morceaux qui ne présentent pas de solos en tant que tel.

05. Tu es souvent comparé à Grant Green ou à Wes Montgomery. Qu'en dis-tu?
Ils font partie de mes guitaristes préférés. Particulièrement Wes, qui appose sa marque particulière à tout ce qu'il touche. Grant Green aussi a une grande influence sur moi, surtout quand on parle de revival soul et de Boogaloo. C'est celui que tout le monde tente d'imiter quand on cherche ce genre de son.
Mais pour moi Wes est sans équivalent... il avait atteint un niveau de génie. Tous ses morceaux et ses arrangements sont si bien ciselés, si concis. Cela vaut vraiment le coup de les étudier.

06. L'orgue Hammond B3 semble être un compagnon idéal pour ta guitare. Cet orgue est sur la plupart de tes disques.
Le Hammond est présent sur 5 de mes 6 disques. Le tout dernier est le seul qui ne comporte que du Hammond, et tous les autres comportent aussi d'autres claviers.
Le disque avec Medeski présente 5 ou 6 claviers différents. J'aime beaucoup les vieux claviers.

07. Tu laisses beaucoup d'espace aux autres musiciens sur tes disques.
J'ai toujours aimé lorsque les musiciens communiquent et jouent vraiment entre eux. Je me vois davantage comme membre d'un groupe plutôt que comme un soIiste accompagné par un groupe.
Je cherche des musiciens qui peuvent interagir de la sorte. C'est sans doute pourquoi je suis attiré par la musique et le funk de la Nouvelle-Orléans. On est davantage sur des textures polyphoniques que sur l'accompagnement et la mélodie. J'aime la musique africaine pour la même raison.

08. Quels étaient tes héros lorsque tu étais adolescent?
J'étais une vraie éponge à cette époque. J'ai grandi dans la baie de San Francisco, j'avais toute une palette à ma disposition... Led Zeppelin, et tous les classiques du rock. Au quotidien, voilà ce que j'écoutais: Art Ensemble of Chicago, Anthony Braxton, Sly Stone, P Funk, Al Green, Herbie Hancock, Weather Report, Thelonious Monk... la plupart des guitaristes... Jimmy Raney, Joe Pass Wes, Captain Beefheart, Tom Waits, Harry Partch, Bela Bartok, Varese, George Russell, Miles, Trane, Talking Heads, Zappa, Stevie Wonder, Charles Ives. Je n'avais pas forcément les goûts d'un adolescent de cette époque.

09. Y aura-t-il une suite à Rockamovya?
Je l'espère. C'était une expérience très féconde de jouer avec Leroy Horsemouth Wallace. C'est vraiment quelque chose. Son sens du rythme est tel que j'arrive presque à me mettre dans un état de transe.
J'ai joué avec lui et Groundation sur la tournée d'hommage à Bob Marley et j'aime tant jouer avec lui que j'ai poussé les mecs à aller en studio et à enregistrer. On a posé les fondamentaux de cet album en deux jours.

10. Tu connais bien le répertoire de la musique française populaire. Parle-moi de ta collaboration au groupe Baguette Quartette.
Je suis francophile depuis mes cours de français au lycée. J'ai toujours été fan de la culture française, j'ai d'ailleurs vécu à Paris 4 ou 5 mois. Quand on m'a demandé si je voulais jouer avec Baguette Quartette en 2000, ça tombait bien. Baguette Quartette est un groupe de la Bay Area qui ne joue que la musique française de l'entre-deux guerres et des années 40. C'était vraiment instructif de s'intégrer à ce groupe. Ils ont une philosophie assez particulière, ils vivent à Berkeley en Californie et ils jouent en acoustique. Ils ne cherchent pas à être signés sur un label, ils ne cherchent pas le succès international, une présence dans les charts ou je ne sais quoi encore. Ils sont très appréciés dans la région de San Francisco et ils ont vendus des milliers de CD par eux-mêmes à leurs concerts. C'est une philosophie très 'retour aux sources' que j'apprécie. Cela rejoint la problématique de certains mouvements qui privilégient la proximité plutôt que le succès à grande échelle.

11. Quelle est ta chanson préférée du répertoire français?
Je ne sais pas quelle est ma chanson préférée, mais sur les CD de Baguette Quartette où je joue on a fait une chanson de Cocteau que j'aime beaucoup, nommée  "Mes Sœurs, N'aimez pas les Marins". Et aussi "Fétiche", une valse musette, et une autre, "En Douce". J'aime également les chansons de Trénet, comme "Que reste-t-il de nos amours?" et les chansons de Mistinguette. Il y a tant de perles.

12. Une question pour les malades de la guitare. Combien en as-tu? Quelles sont tes préférées?
Je dois en avoir une quinzaine environ... je ne les ai pas comptées récemment. J'aime les guitares vintage. Ces temps-ci je joue sur une Gibson es 335, une Starfire III, et une Gibson es 175. Pour le musette, je joue sur une Anouman D'ell Arte.

13. Tu as joué sur le dernier Tom Waits. Parle-moi de cette expérience.
C'était évidemment génial. Il a toujours été un dieu pour moi. Le fait d'avoir joué avec lui a vraiment changé la façon dont j'envisage la musique, et cela me donne vraiment envie de me concentrer sur ce qui est essentiel pour moi.

14. Quels sont tes projets?
J'ai travaillé sur des projets ici à New York, lesquels semblent évoluer de façon naturelle. L'un est un groupe du nom de "Baker's Dozen": on interprète la musique du guitariste Mickey Baker (qui vit à Paris, m'a-t-on dit). Un autre est un trio avec orgue, avec Adam Scone au Hammond et le batteur de Sharon Jones Eric Kalb. Enfin, je poursuis ma collaboration avec John Medeski au gré de nos disponibilités.
J'ai le sentiment qu'aujourd'hui New York est l'endroit où je dois être.

Links
Will Bernard: official | discogs | facebook | myspace | parisdjs | twitter | wikipedia
Baguette Quartette: official | facebook
Nicolas Ragonneau

Nicolas Ragonneau

Stay informed of all things Paris DJs and beyond thanks to our Twitter news

Comments are closed



You might also like

Hazmat Modine - Extra-Deluxe-Supreme

Entretien avec Wade Schuman (Hazmat Modine) #2

Le groupe Hazmat Modine est de retour à Paris le 20 juin pour un concert exceptionnel au New Morning. Une occasion unique de voir une formation rare en France mais au son vraiment inclassable. En octobre dernier, Nicolas Ragonneau rencontrait leur leader Wade Schuman à Harlem pour un second...
Marco Benevento

Entretien avec Marco Benevento

Marco Benevento est un jeune claviériste bien connu de la scène jazz et indé new-yorkaise. Un pied dans le groove et un pied dans l'expérimentation, il appartient à une tradition sophistiquée de musiciens qui explose tous les codes et les genres, passant, d'un projet à l'autre, d'élégantes mélodies...