Music Is A Mission

To content | To menu | To search

Entretien avec Wade Schuman (Hazmat Modine, version française)



Wade Shuman
Wade Schuman (Hazmat Modine)
(Interview de Nicolas Ragonneau, pour Paris DJs - Mai 2012)

Wade Schuman est le leader et le créateur de Hazmat Modine, un incroyable groupe de blues à deux harmonicas et huit membres au total. Ces musiciens mêlent un nombre d'influences musicales quasi infini (klezmer, soul, gypsy, New Orleans, R'n'B, musiques africaines et caribéennes) et des instruments rares pour accoucher d'un son absolument unique. Longtemps, depuis sa naissance en 1998, Hazmat Modine a été le secret le mieux gardé de la scène new-yorkaise jusqu'à la parution de leur premier album, Bahamut (Jaro Medien/Barbès Records, 2006). En 2011 Wade et sa bande ont sorti un nouveau chef-d'œuvre, Cicada (Jaro Medien/Barbès Records), qui a obtenu le prix du meilleur album de blues décerné par la prestigieuse académie Charles Cros en France. Wade Schuman n'est pas seulement un redoutable multi-instrumentiste, il est aussi professeur d'art plastique, peintre, zoologiste amateur, hédoniste professionnel et un ingénieur du son très particulier... Il évoque ici toutes ses passions alors qu'il ramène Hazmat Modine en Europe pour une tournée triomphale. Ne manquez pas le concert parisien prévu le 24 mai au Studio de l'Ermitage (avec le brass band américano-indien Red Baraat en 1ère partie) et le mix Hazmat Modine Blues & Brass songbook disponible ici

Hazmat Modine
Wade Schuman (Hazmat Modine)
(Interview de Nicolas Ragonneau, pour Paris DJs - Mai 2012)

01. Je commence presque toujours mes entretiens avec un peu d'étymologie. Dis-moi d'où vient cet étrange nom de groupe, Hazmat Modine?
HAZMAT est un mot d'anglais américain forgé à partir d'Hazardous Materials. C'est-à-dire des matériaux dangereux: on aperçoit cette mention à l'arrière des camions ou sur les poubelles. MODINE est la marque d'un radiateur, le genre de radiateur d'appoint qu'on voit dans les garages, les lofts ou les ateliers d'artistes. Le siège de la marque est à Muncie dans l'Indiana... Ce sont deux mots américains, mais l'assemblage des deux est plutôt exotique. Les gens pensent souvent qu' Hazmat est un nom turc. Je trouve que Modine sonne un peu comme le nom d'un groupe de rock n'roll des années 50.

02. Tu es musicien, mais tu enseigne aussi les Beaux-Arts. Est-ce qu' à un moment tu as hésité entre ces deux vocations?
Non, pas vraiment. J'aime bien faire des choses différentes... je me sentirais mal si je ne le faisais pas... ma vie part tout le temps dans plein de directions... La vie est une expérience très riche et j'ai la chance de me passionner pour de nombreuses choses, l'art, l'enseignement, la musique, la zoologie, les sons, la natation, etc. La peinture tient une part importante dans ma vie... j'ai besoin de textures, de couleurs et une grande variété dans l'expression, toutes choses fondamentales à deux formes d'expression, l'une visuel, l'autre 'orale'... D'ailleurs, un bon enseignant est aussi un bon performer quelque part, et affronter une classe d'étudiants diplômés est aussi délicat parfois que de faire face à un public, donc ça t'aide de toutes les façons.

03. La liste des musiciens ayant joué ou jouant avec Hazmat Modine est plutôt impressionnante. Est-ce qu'Hazmat Modine est un vrai groupe ou un collectif de musiciens réunis autour de toi?
Je ne sais pas trop ce qu'est un 'vrai groupe'. Tous les groupes sont différents d'une certaine manière. Je suis toujours surpris, et on s'en rend tous compte au fur et à mesure des années, par le fait qu'il n'existe pas UN système... après 14 ans, j'ai ma propre histoire. Si tu parles d'un groupe démocratiquement constitué où chacun est impliqué dans les décisions à part égale, alors non. Je suis le leader, celui qui initie et qui s'occupe de tout cela, la production, le design et une grande partie de la promo aux USA. Je choisis les membres du groupe, les morceaux ; c'est moi qui prend le risque financier aux USA et c'est moi qui en paierai les conséquences si ça ne marche pas... Le fait qu'une personne incarne le projet est, à mon sens, une des raisons pour lesquelles c'est durable, car les groupes ont tendance à ne pas trop durer... mais Hazmat Modine est un vrai groupe et tous ses membres sont essentiels pour le son et le feeling que nous souhaitons. Et mon but est de laisser briller et de faire briller chacun. Cela fait plus de sept ans que nous tournons dans cette formation, mais Joe Daley, notre tuba, est dans le groupe depuis 14 ans! Et si le groupe sonne comme ça, il le doit à Joe à bien des égards. Mais j'aime inviter d'autres musiciens à participer à nos disques. Je suis obsédé par toute la gamme de sons et de textures qui existent. J'aime les sons inattendus et riches... (rien ne vaut le tuba… quel instrument! Un son si riche, si pur, si profond. C'est comme le café au petit matin: il me le faut ou je ne me sens pas bien). Il y a tant de couleurs sonores que je n'ai pas encore assez explorées... Le basson par exemple... quel son astucieux... la kora, certaines percussions... il y a beaucoup de sons que je souhaite incorporer un jour. Quand tu joues avec un nouveau musicien et que ça marche, c'est comme retrouver un vieil ami dont tu ne te rendais pas compte à quel point il a pu te manquer. C'est une expérience très agréable. J'ai toujours voulu un groupe avec certains sons et certains instruments... harmonicas, tuba, cuivres, guitar, toutes les textures que j'entendais dans ma tête... et New York est un endroit génial pour commencer un groupe, il y a tant de musiciens capables de jouer tant de choses... mais les musiciens que j'ai trouvé ont apporté beaucoup au groupe, sans que je sache à quel point j'avais besoin de cela, et je suis très heureux de cela! Ils apportent beaucoup d'idées et de voix originales, et aussi ce qui importe le plus, l'âme. Donc oui, Hazmat Modine est un groupe, mais qui a commencé avec une certaine vision et qui évolue par les éléments que chacun y apporte.



04. Qui a eu l'idée brillante de mêler un harmonica diatonique et un harmonica chromatique?
J'ai commencé le groupe en 1998 avec Randy Weinstein, un autre joueur d'harmonica qui n'est plus dans le groupe. On s'est rencontré à une réunion d'harmonicistes professionnels dans mon appartement à New York. Randy et moi avions beaucoup en commun sur le plan musical, je savais qu'il serait parfait pour créer un groupe. C'est un excellent musicien, capable de maîtriser bien des styles, avec beaucoup de soul... Au départ je voulais plutôt deux harmonicas diatoniques, puis j'ai réalisé que les différences de son et de texture offraient un contraste très intéressant, car ce sont vraiment deux instruments très différents... Quand Randy a quitté le groupe dix ans plus tard, j'ai fait signe à Bill Barrett, un musicien que j'ai toujours admiré, afin qu'il nous rejoigne. Par chance, il a accepté. Bill est un harmoniciste très intéressant et très dynamique. Peu d'harmonicistes chromatiques peuvent faire ce qu'il fait et personne ne sonne comme lui. C'est aussi un excellent chanteur, il apporte beaucoup au groupe. Mais pour être tout à fait honnête, l'idée d'un groupe à deux harmonicas remonte aux années 90, à Philadelphie, quand je faisais des mixes de plusieurs harmonicas sur un ghetto blaster... A cette époque, je voulais faire un groupe à 4 harmonicas... puis j'ai déménagé à New York et j'ai rencontré Randy. Mais dans les années 20, il y a avait tout un tas de groupes 'à harmonicas', et ce mouvement continue en Asie et dans d'autres parties du monde. Cela été une source d'inspiration, c'est sûr.

05. Puisqu'on parle d'harmonica, qui sont tes harmonicistes préférés?
Deford Bailey, Rythm Willie, Gwen Foster, Paul Butterfield, Jaybird Coleman, Joe Filisko, Papa Lightfoot, Howlin Wolf, Pegleg Sam, Onie Wheeler, Charles Leighton, Son of Dave...

06. La musique d'Hazmat Modine est riche et complexe, elle mêle bien des éléments de différentes traditions et cultures. C'est un cliché, mais ça ressemble à un melting-pot post-moderne...
Tu sais, Hazmat Modine est un groupe américain qui vient du blues... mais probablement pas le blues auquel la plupart des gens pensent aujourd'hui. Cela dit, la plupart des premiers bluesmen étaient très éclectiques. Par exemple sur le hit 'St. Louis Blues' de W.C. Handy, il y a une partie de tango, et les premiers Jugbands jouaient des valses et des fox trots, ils intégraient des cordes... On est une sorte d'ethno-jugband post-moderne, mais le blues EST au cœur de notre musique, c'est l'univers d'où je viens... C'est au cœur de tout ce que je fais musicalement, et c'est aussi au centre de la plupart des musiques américaines de qualité… Beaucoup de formes musicales (R&B, Rock and Roll, Latin, musique des Caraïbes, d'Afrique, d'Europe de l'Est, d'Asie, etc... ) influencent notre son, mais au fond il y a toujours le blues. Dans le blues, on trouve la tristesse, l'humour, le rythme. C'est une musique qui permet aussi de lâcher prise... c'est le plus important, lâcher prise, se laisser emporter.



07. J'ai l'impresion que tu aimes vraiment tourner en Europe. Cela ne semble jamais un pensum pour toi, mais quelque chose que tu sembles vivre intensément...
Ecoute, j'ai passé une bonne partie de mon enfance à voyager en Europe, alors j'y ai beaucoup d'amis proches. Et comme je suis aussi peintre, la culture européenne est plutôt importante pour moi. Et puis, à bien des égards les Européens apprécient davantage la musique et les arts que ne le font les Américains... En Amérique, c'est la grosse cavalerie pop qui domine le marché. En Europe, vous semblez encore capable d'apprécier la musique jouée live! En Amérique ils foutent tout le monde dehors après un concert et vous collent un DJ. C'est le DJ la star désormais... les DJs remplacent la musique jouée. Tu ne peux savoir à quels point je respecte les Européens qui payent leur place pour voir de la musique jouée. A moins qu'ils n'envisagent d'aller voir une très grosse popstar, les Américains ont perdu complètement le contact avec la culture de la musique live...

08. Les animaux (mythiques ou réels) jouent un rôle important dans la musique d'Hazmat Modine. Les titres des deux albums portent des noms d'animaux.
Nous sommes tous des animaux, n'est-ce pas? Mon premier amour, c'est la zoologie… parfois, je me dis que je devrais tout arrêter et partir pour Bornéo étudier les nasiques [singe au nez proéminent, NDR]… Presque toutes les métaphores existent dans la nature. Il n'y a rien que nous fassions qui puisse rivaliser avec ce qui existe déjà dans la nature.

09. 'Bahamut' est dans la B.O.F. du film 'Pina' de Wim Wenders. Comment ça s'est passé?
C'est grâce à notre agent, Uli Balss... Il est allemand. Et puis nous avons joué à Wuppertal, et nous sommes plutôt connus en Allemagne...

10. Certaines de tes paroles sont assez élusives et semblent chargées en sous-entendus. Est-ce un souvenir du hokum (le hokum est un blues des origines aux paroles pleines d'humour et de sous-entendus sexuels)?
C'est sûr. Le sexe prend une part importante en musique… tout ça est très physique.

11. Parle-moi un peu du Gangbé Brass Band. Comment vous êtes-vous rencontré?
C'était en Malaysie, on partageait l'affiche d'un concert. C'était à un festival, à Genting Highlands, l'un des plus grands casinos de toute l'Asie, sur la pointe d'une montagne, littéralement. Ce fut le coup de foudre musical pour moi! Du coup, on voulait enregistrer avec eux depuis des années... mais c'était difficile car ils tournaient tout le temps et nous n'étions jamais dans le même pays ou sur le même continent au même moment. Finalement, on a joué ensemble en Allemagne, à Tubingen, mais j'avais un calcul rénal! On était prêt à jouer, des centaines de personnes nous attendaient, le concert devait être filmé et enregistré et moi, je me tordais de douleur et je me roulais par terre, la bave plein les lèvres. J'ai pris trois anti-douleurs, je suis monté sur scène, j'ai donné le concert et ensuite j'ai été admis en urgence à l'hôpital pour qu'on me retire le calcul… Cependant la musique avec eux a été extraordinaire, tu ne peux pas savoir à quel point j'aime ce groupe, la vibe et l'énergie qu'ils dégagent! L'année dernière on a joué en Russie, à Kazan, devant 200 000 personnes, ça a été une sacrée expérience! Mon but est d'enregistrer un album entier avec eux. J'espère que je pourrai aller au Bénin y enregistrer ce disque… c'est une collaboration très excitante, j'aime ce groupe.



12. Sur tes disques il y aussi des sons tirés de la nature, enregistrés dans bien des endroits du globe, comme si tu incluais un carnet de voyage sonore...
Oui, c'est très important pour moi, je suis pour ainsi dire obsédé par les sons. Tu as remarqué comme les choses sont rehaussées, comme elles sonnent différemment quand on les enregistre, un peu comme les couleurs entre la peinture et la vie réelle. On ne fait plus vraiment attention aux bruits et aux sonorités comme on est bombardés sans cesse par des images et des sensations multiples. Mais quand tu sépares les sons de l'expérience visuelle, c'est incroyable… les bruits racontent des histoires, nous vivons dans un incroyable monde sonore dont nous ignorons presque tout. Tout est dans le contexte, nous pouvons ainsi injecter un peu de nos vies et de nos expériences en tournée dans nos disques, un peu comme un journal sonore... j'ai des bruits de la forêt équatoriale en Indonésie et d'insectes à Central Park, des feux d'artifices du 4 juillet sur une petite île du Maine au large des côtes américaines. Et puis un joueur d'accordéon anonyme sous un pont d'Amsterdam, enregistré sur mon téléphone portable… des chiens qui aboient à Bali et des singes à Sumatra, des messages de mon répondeur...

15. Je peux reconnaître le peintre en toi dans cet intérêt pour l'histoire naturelle et l'anatomie...
Oui, c'est comme peindre, mais avec des sons. Un jour, j'ai enregistré un martin-pêcheur sur une île du Maine pendant un orage. Il n'arrête pas de voler d'un côté puis de l'autre tout en chantant… j'ai perdu cet enregistrement et je n'ai pas cessé de le chercher. Un jour je le retrouverai. C'est l'une des plus belles choses que j'ai faites!

16. Parlons un peu de tes peintures. On dirait que tu aimes bien Jérôme Bosch et Magritte...
Magritte, je respecte, Bosch, j'adore… j'ai étudié les techniques picturales des XVIe et XVIIe siècles en Europe, mais j'aime toute la peinture occidentale à l'exception que quelques œuvres des XVIIIe et XIXe siècles...

17. Est-ce que tu peins et dessines toujours?
Oui, bien sûr! Je suis en train de travailler à une série consacrée aux Vertus... Il y a des années, j'ai fait une série sur les Sept Péchés Capitaux. Il ne s'agissait pas de l'iconographie chrétienne classique, j'atais davantage intéressé par le concept du péché. Il apparaît que la représentation des sept péchés remonte à la culture babylonienne… j'ai utilisé différents animaux comme allégories. Maintenant je vais faire la même choses avec les vertus, ce qui est beaucoup plus dur, crois-moi, car les gens sont peu intéressé par les vertus. Mais je trouve ça fascinant… par exemple, prend l'une des qualités humaines les plus sous-estimées: l'humour. C'est l'un de nos attributs les plus brillants, c'est ce qui nous préserve souvent du pire. On a tendance à dévaloriser l'humour, mais c'est peut-être notre plus grande forme artistique parce qu'il nous protège de la conscience de notre mort inexorable et imminente. L'humour modifie la perception du temps.
Pour cette série de peintures, je fais des portraits hybrides en mélangeant l'animal et l'humain. Pour l'humour, je compte faire un autoportrait en babouin, basé sur la série des portraits de bouffons réalisée par Velasquez. Je travaille aussi à un vaste polyptyque inspiré par une de mes expériences au Sri Lanka et à une série de peintures d'insectes.

18. Qu'est-ce qu'on peut attendre de la tournée 2012?
Un sacré bon groupe! Nous serons au complet (les 8 membres), on a des nouvelles chansons… j'ai co-écrit une chanson avec Pete et Michael dont je suis très content en ce moment. C'est un titre R&B, avec un son assez Stax... je suis vraiment satisfait de ce titre, c'est la chanson la plus accrocheuse que j'ai jamais écrite. On a aussi un autre morceau, entre le Mali et le blues Kentucky, nommé 'Whiskeybird'. Je n'écris pas très vite, mais c'est très excitant de travailler à de nouvelles chansons, et j'espère bien avoir un ensemble complètement nouveau cet été… On espère enfin pouvoir capter quelques titres en live pour notre prochain CD. On sera en France, en Allemagne, en République tchèque, en Italie, en Espagne, en Autriche, en Russie, au Royaume-Uni et au Canada... et on espère bien vous voir à Paris!

Hazmat Modine Cicada

Links :
Hazmat Modine : official | discogs | myspace | wikipedia | youtube
Nicolas Ragonneau

Nicolas Ragonneau

Stay informed of all things Paris DJs and beyond thanks to our Twitter news

Comments are closed



You might also like

Hazmat Modine - Extra-Deluxe-Supreme

Entretien avec Wade Schuman (Hazmat Modine) #2

Le groupe Hazmat Modine est de retour à Paris le 20 juin pour un concert exceptionnel au New Morning. Une occasion unique de voir une formation rare en France mais au son vraiment inclassable. En octobre dernier, Nicolas Ragonneau rencontrait leur leader Wade Schuman à Harlem pour un second...
Marco Benevento

Entretien avec Marco Benevento

Marco Benevento est un jeune claviériste bien connu de la scène jazz et indé new-yorkaise. Un pied dans le groove et un pied dans l'expérimentation, il appartient à une tradition sophistiquée de musiciens qui explose tous les codes et les genres, passant, d'un projet à l'autre, d'élégantes mélodies...