Music Is A Mission

To content | To menu | To search

Carmen Randria & Radek Azul Band - Things You (Don't) Know - out on Qsounds Recordings



Carmen Randria and Radek Azul Band Things You Dont Know
Carmen Randria & Radek Azul Band - Things You (Don't) Know
(CD/LP/Digital) Qsounds Recordings QS003/QS003LP, 2011-09-01

This is Soul! This is Radek Azul Band! Q-Sounds est le label. Radek Azul Band le groupe maison. Montreuil is the place. La forteresse de dix musiciens et choristes et de leur Northern Soul cuivrée. Influencés par les mythiques Motown, Hi ou Chess ou par les contemporains Daptone et Truth & Soul; obsédés par la qualité premium des productions Soul- Funk des 60’s et des 70’s comme par le Jazz-Funk, Radek Azul Band joue, compose et affine sa musique comme un artisan dans un monde d’industriels. Aucun trucage, tout est capté sur huit pistes et mixé pour toujours rester proche de l’os. Le son est brut et les arrangements polis par la main de l’artiste. Pas question de prescrire un traitement du Docteur Auto-tune pour aplanir le grain de la voix. Le résultat donne un disque 100 % Soul, sans verroteries créées par la magie numérique des 0 et des 1 mais avec d’authentiques chansons régulièrement reproduites sur scène.

Carmen Randria and Radek Azul Band Things You Dont Know
Carmen Randria & Radek Azul Band - Things You (Don't) Know
(CD/LP/Digital) Qsounds Recordings QS003/QS003LP, 2011-09-01

Love At First Sight by Radek Azul Band

On My Own by Radek Azul Band

Drive In by Radek Azul Band

Tracklisting :
01. Love At First Sight
02. Fool For You
03. On My Own
04. Mama Told Me
05. Not Afraid To Love You
06. Take My Hands
07. Let Us Live
08. Sunny Rain
09. Rough Out Here
10. Get Out
11. I Love You
12. Drive In

Links :
Carmen Randria : discogs | myspace
Radek Azul Band : official | discogs | facebook | myspace | soundcloud | twitter | youtube


Carmen Randria & Radek Azul Band 'Sunny Rain'

Band Members :
Ludovic BORS - Keyboards & flute
Antoine DEMANTKE - Drums & percussions
Tony DE FREITAS - Bass
Stéphane GABAI - Guitars
Tinan LEROY - Tenor saxophone
Pascal EYTIER - Trumpet
Nico GRAUWE, Charlotte ALLAINMAT, Little CLARA - Background vocals
Carmen RANDRIA - Lead Vocal

Press Release :
This is Soul! This is Radek Azul Band!

Evoquer l’histoire prestigieuse des labels qui ont fait l’Age D’or de la musique Noire Américaine oblige à se replonger dans une époque située seulement à quelques décennies d’ici mais qu’on jurerait à des années lumières. Les musiciens maison claquemurés dans le studio qui composent, jouent et s’adaptent au vocaliste venu se frotter à leur groove, le son analogique, les enregistrements live. Tout ça donne l’impression de feuilleter un vieil album photos ou de contempler une petite lueur, unique rescapée d’une façon de faire et d’envisager la musique morte depuis longtemps. Une lueur arrivée jusqu’en Seine Saint-Denis, haut-lieu du rap hexagonal devenu malgré lui le point d’ancrage du Soul-Funk made in France.

Q-Sounds est le label. Radek Azul Band le groupe maison. Montreuil is the place. La forteresse de dix musiciens et choristes et de leur Northern Soul cuivrée. Influencés par les mythiques Motown, Hi ou Chess ou par les contemporains Daptone et Truth & Soul; obsédés par la qualité premium des productions Soul- Funk des 60’s et des 70’s comme par le Jazz-Funk, Radek Azul Band joue, compose et affine sa musique comme un artisan dans un monde d’industriels. Aucun trucage, tout est capté sur huit pistes et mixé pour toujours rester proche de l’os. Le son est brut et les arrangements polis par la main de l’artiste. Pas question de prescrire un traitement du Docteur Auto-tune pour aplanir le grain de la voix. Le résultat donne un disque 100 % Soul, sans verroteries créées par la magie numérique des 0 et des 1 mais avec d’authentiques chansons régulièrement reproduites sur scène.

De Radek Stevanic, il ne reste pratiquement rien. Des photos jaunies, des arrangements de percussions dont le nom de l’auteur s’est perdu dans les limbes de l’histoire musicale, mais surtout des anecdotes. Des rumeurs. Des "j’ai entendu dire que". Des "il paraîtrait que". L’attirail complet de tout ce qui vous bâtit un mythe. Né en 1923 dans une Serbie quittée à l’aube d’une Deuxième Guerre Mondiale qui s’annonçait riche en persécutions pour sa famille, Radek Stevanic après un périple à travers l’Europe et une traversée de l’Atlantique pose ses valises au Brésil. Atteint d’une grave maladie de peau aggravée par les carences de l’exode, il est contraint d’y suivre un traitement lourd à base de radiations. Santé fragile, mal du pays, Radek trouve un exutoire dans la pratique des percussions découvertes au contact de Tamires "Azul" Coimbra, expert renommé très présent dans la production discographique de l’époque. Jazz, Bossa, traditionnel, à condition d’être expert dans l’épluchage des crédits, on retrouve la trace de ses congas, ses bongos et ses cowbells sur bien des pochettes de disques. L’enseignement sera riche. Et long. Mais à force d’apprentissage intense, Radek va devenir un percussionniste émérite tant et si bien qu’il va vite se sentir à l’étroit dans ce pays pourtant si vaste qu’est le Brésil. Le voisin Nord-Américain l’appelle. Avril 1957, Radek débarque dans le bouillonnant New-York. Son patronyme Serbe est resté du côté de Rio. Ici tout le monde le connaitra sous celui d’Azul, pseudonyme à la fois clin d’œil et allégeance à son mentor. La scène musicale est fertile du côté de Greenwich Village, de Brooklyn ou de Spanish Harlem, et Radek va la quadriller autant qu’il le pourra. Soul, jazz, latin-jazz, boogaloo, son nom circule dans le milieu où il multiplie les gigs sans aucune limite à son envie de jouer et d’expérimenter. Son feeling rythmique et sa science de l’arrangement hérités de ses années Brésiliennes en font un invité de choix pour tout groupe à la recherche d’un tapis de percussions pour son groove. Radek atomise les séances de studios mais au moment de la mise sur bandes, le support reste désespérément muet. Verdict : trop longtemps exposé à des radiations curatives dans son enfance, Radek Stevanic efface les enregistrements. Impossible d’immortaliser le claquement de la paume de ses mains sur les peaux. Tenu à l’écart des studios Radek restera un temps actif dans le circuit des clubs New-Yorkais puis retournera finir ses jours à Zlatibor où il s’éteindra le 17 octobre 1965. Sans jamais avoir pu laisser une trace enregistrée de son immense talent. Restent les anecdotes et l’admiration de ceux qui ont partagé avec lui une scène ou une des ses trop rares séances de studio.

"Azul avait un tel groove que des fois on aurait aimé être dans la salle pour pouvoir le regarder jouer! C’était complètement dingue!" - Alton Murvin.
"Il nous rejoignait sur scène à 2 H du mat’ pour de la salsa alors qu’il sortait tout juste d’un gig de jazz dans Harlem. Jouer avec Radek, c’était comme changer de disque sur ta platine, il enchainait les styles sans aucun problème!" - Federico Ricon.
"Le jour où il a compris qu’il n’enregistrerait jamais, il s’est effondré au milieu du studio. Personne ne savait trop quoi dire..J’en menais pas large non plus... Derrière ma console, je chialais aussi..." - Robert "Swamp" Turner
Djouls

Djouls

Stay informed of all things Paris DJs and beyond thanks to our Twitter news

Comments are closed



You might also like

Shadow - Sweet Sweet Dreams

Shadow - Sweet Sweet Dreams (CD/2LP, Analog Africa, 2016)

The 22nd Analog Africa release is a beauty people couldn't begin to imagine how the feeling would be to actually be playing it - until now. As rare as it's insanely great, this long-awaited reissue is the holy grail of Shadow albums. The one featuring the monster cosmic soca disco track 'Let’s Get...
Papa Chango - The Lost Moon of Bellaris

Papa Chango - The Lost Moon of Bellaris (Limited LP, self-released, 2016) - Exclusive album stream

Mebourne-based Papa Chango put out in 2012 the band a massive cinematic Ethio-funk album, 'The Matador'. After being featured in four episodes of our podcast and one of our afro compilations, they released in 2014 an epic 4-tracks EP , 'Enter The Dragonfly'. They're now back with a new great record,...